BEGHIN Hervé

Je suis né en 1948 à Hazebrouck, petite ville du Nord, que j’ai quittée début 1969 pour faire des études et un stage d’Huissier de Justice à Dunkerque. J’ai exercé cette fonction entre 1976 et 2010, année au cours de laquelle ce qu’il est convenu d’appeler une longue maladie a bien failli avoir ma peau. Mais je n’ai commencé à écrire des nouvelles qu’en 2017, à la suite de retrouvailles sur internet avec un amour de jeunesse. Je suis depuis toujours passionné de musique classique, ayant été violoniste durant 13 ans, et également de cinéma, même si je ne fréquente plus les salles dites obscures, dont je ne supporte plus les décibels meurtriers. Mon metteur en scène préféré a toujours été Claude Lelouch.

La trentaine de nouvelles composées à ce jour fait vagabonder ma plume de l’absurde au sentimental, du fantastique à l’humour, lequel est presque toujours présent, pour ne pas dire omniprésent, dans mes écrits.

En outre j’ai eu trois enfants et quatre petits-enfants. Ce sont ces derniers qui m’ont inspiré cette maxime : « On les appelle pinces, fers ou bracelets mais, pour moi, les menottes ne seront jamais que les mains des petits enfants ».